La rumeur circule depuis déjà quelque temps sur Internet : Bruxelles aurait une dent contre le géant de nos petits déjeuner du week end, le Nutella !

Le 16 juin de cette année, le parlement de Bruxelles a voté en première lecture un projet de loi obligeant les industriels à mieux étiqueter leurs produits dans le but de mieux informer les européens sur leur consommation de « produits alimentaires malsains ».

Très vite, une rumeur circule indiquant que la pâte à tartiner signée Ferrero serait dans le collimateur de l’Europe obligeant ce dernier à afficher sur son produit favori la mention « Produit dangereux favorisant l’obésité ». Ferrero s’insurge d’être logé à la même enseigne que les paquets de cigarettes et craint que l’Europe cherche « à interdire la commercialisation des prodtuis Nutella ».

Il faut dire que le Nutella est tout de même composé à plus de 60% de sucre et d’huile végétale.
En 1964, à ses débuts, la matière grasse du Nutella était de l’huile de tournesol, mais pour faire toujours plus d’économie et participer à la déforestation, Ferrero a troqué son huile pour de l’huile de palme… moins chère à produire mais plus saturée en acide gras que l’huile de tournesol.

Bref, qu’on surveille sa ligne, qu’on fasse attention à ce qu’on mange ou qu’on soit écolo… il va falloir commencer à chercher des noises à notre Tartinoise (nom d’origine du Nutella) préférée qu’il soit où non revêtu d’une magnifique étiquette.

Publicités